Logiciel & Software

231 Sujets 2.4k Messages
  • 6 Votes
    433 Messages
    14k Vues
  • 1 Votes
    1 Messages
    24 Vues

    Vous êtes-vous déjà demandé ce que vos applications faisaient dans votre dos ? Quelles données elles envoyaient sur Internet à votre insu ? Je suis sûr que oui !

    C’est pourquoi, si vous êtes soucieux de votre confidentialité et de la sécurité de vos informations, il est temps de faire connaissance avec OpenSnitch, le pare-feu interactif qui va vous permettre de mieux sécuriser et gérer les connexions sur votre ordinateur Linux.

    Inspiré du célèbre Little Snitch sur macOS, OpenSnitch agit comme un garde-fou en vous alertant chaque fois qu’un programme tente d’établir une connexion sortante. Comme ça, plus besoin de laisser les applications communiquer sans votre consentement, vous avez le contrôle !

    OpenSnitch utilise évidemment iptables couplé à NFQUEUE et ftrace présent par défaut dans le noyau pour détecter et alerter l’utilisateur d’un poste client Linux que quelque chose ne tourne pas rond. Top pour détecter les trucs louches comme l’exploitation d’une faille ou une fuite de données.

    L’interface d’OpenSnitch est simple à prendre en main. Lorsqu’une application essaie d’accéder à Internet, une pop-up apparaît, vous donnant toutes les informations nécessaires pour prendre votre décision : le nom de l’application, l’adresse IP et le port de destination, et même le chemin de l’exécutable. Vous pouvez alors choisir d’autoriser ou de bloquer la connexion, de manière ponctuelle ou permanente.

    OpenSnitch ne se contente pas de filtrer les connexions puisqu’il vous permet également de garder un œil sur l’activité réseau de votre système. Via son interface graphique, vous pourrez consulter l’historique des connexions, voir quelles applications communiquent le plus, et même exporter les données pour une analyse plus poussée.

    Pour l’installer sous Ubuntu, récupérez les .deb ici et lancez la commande :

    sudo apt install ./opensnitch*.deb ./python3-opensnitch-ui*.deb

    Et pour le lancer :

    opensnitch-ui

    OpenSnitch est disponible dans les dépôts de la plupart des distributions Linux, et son installation se fait en quelques commandes. Vous pouvez même l’essayer dans une machine virtuelle pour vous faire une idée avant de l’adopter sur votre système principal.

    –> Plus d’infos ici !

    – Source :

    https://github.com/evilsocket/opensnitch

    https://korben.info/opensnitch-clone-firewall-little-snitch-gnulinux.html

  • 1 Votes
    6 Messages
    78 Vues

    @Violence Le soft, c’est juste le système prédictif, après pour le travail (autre qu’informatique, et même, il vaut mieux ne pas nourrir le modèle de code écrit avec les pieds), il vaut mieux avoir des données solides.

    J’ai trouvé des avis sur Llama 2:

    LLaMA 2 (pour Large Language Model with Attention 2) est un modèle d’IA génératif qui peut produire des textes en langage naturel en fonction d’une entrée ou d’une invite donnée. Il peut être utilisé pour diverses applications telles que les chatbots, la création de contenu, la synthèse, la traduction, etc. LLaMA 2 est la deuxième version du LLM de Meta, qui a été publié pour la première fois en février 2023. Selon Meta, LLaMA 2 a été formé sur 40 % de données en plus que LLaMA 1, qui comprend des informations provenant de « sources de données en ligne accessibles au public ». Il affirme également qu’il « surclasse » d’autres LLM comme Falcon et MPT en ce qui concerne les tests de raisonnement, de codage, de compétence et de connaissances.

    Et un truc qui pourrait beaucoup t’intéresser: LLaMa 2 est disponible dans le catalogue de modèles Azure AI, ce qui permet aux développeurs utilisant Microsoft Azure de construire avec lui et de tirer parti de leurs outils cloud-native pour le filtrage de contenu et les fonctions de sécurité. Il est également optimisé pour fonctionner localement sur Windows, offrant aux développeurs un flux de travail transparent lorsqu’ils proposent des expériences d’IA générative à leurs clients sur différentes plateformes. LLaMa 2 est disponible via Amazon Web Services (AWS), Hugging Face et d’autres fournisseurs.

    Pour plus d’info, voir par exemple: https://intelligence-artificielle.developpez.com/actu/346730/Le-modele-LLamA-2-de-Meta-qui-vient-d-etre-publie-ne-serait-pas-open-source-de-l-avis-de-Alessio-Fanelli-Ingenieur-logiciel-associe-chez-Decibel/

    D’après d’autres sources, Wizard Coder Python 13B Q5 serait d’ailleurs extrait de Llama 2 (et tout ça extrait de ChatGPT 4), mais c’est pas vraiment aussi évident de s’y retrouver dans cette jungle.

    Je n’ai pas trouvé d’avis sur Trinity 1.2 7B Q4, un des deux modèles testé par Korben, si ce n’est sa description:

    Trinity is an experimental model merge using the Slerp method. Recommended for daily assistance purposes.

    Ça vaut peut-être aussi le coup de chercher ses limites.

    Il est fort possible que Jan propose à l’avenir des modèles encore plus spécialisés.

    Y’a aussi dans la liste: CodeNinja 7B Q4 4GB de ram

    CodeNinja is good for coding tasks and can handle various languages including Python, C, C++, Rust, Java, JavaScript, and more.

    Et ChatGPT4 en accès direct (données en ligne)

  • Logiciels de telechargement pour plateforme streaming

    Non résolu
    8
    0 Votes
    8 Messages
    194 Vues

    Il y a anyfab aussi mais je crois qu’ils sont tous touchés par les DRM

    Seul moyen obtenir les vrais soft de webdl avec clés L1

  • 5 Votes
    2 Messages
    79 Vues

    Pourquoi ils suppriment un truc bien, font chier

  • 2 Votes
    2 Messages
    41 Vues

    Merci je vais tester pour remplacer Google Authenticator.

    Vu que de plus en plus de site demande la double authentification :ahah:

  • [Browser] Vivaldi

    Déplacé
    12
    0 Votes
    12 Messages
    293 Vues

    Oui… beaucoup beaucoup d’options en + de cela customisable à foison ^^

  • 6 Votes
    13 Messages
    301 Vues

    @duJambon j’avais bien compris, dsl si je me suis mal exprimé, je disais juste pas de soucis pour ne pas mentionner l’URL du site:)

  • 3 Votes
    4 Messages
    125 Vues

    Étant dessus depuis la bêta ils m’ont fait un prix à 6€ pour le tout, 15 aliases, 580go de cloud et le vpn. Ça fonctionne bien et au moins les documents sont safe

  • 3 Votes
    1 Messages
    38 Vues

    Steuplait steuplait steuplait !

    Avec son application et sa « Else academy », Else veut apaiser les relations parents-enfants tout en aidant à réduire le temps d’écran. Next s’est entretenu avec son président Bertrand de la Tour d’Auvergne.

    Aider parents et enfants à discuter sereinement de leurs usages numériques… et à réduire le temps d’écran (des plus jeunes pour commencer), telle est la mission que s’est fixée Else, une application dont la première version est sortie fin décembre 2023.

    Venu du monde de la mobilité, avec plusieurs projets entrepreneuriaux à son actif, Bertrand de la Tour d’Auvergne explique à Next s’être lancé dans le projet après qu’un ami proche lui a raconté comment ses enfants, accaparés par les écrans, voyaient leurs résultats scolaires chuter de manière spectaculaire. Ensemble, les deux hommes creusent et constatent que le problème est généralisé : selon l’association e-enfance, 67 % des enfants de 8 à 10 ans et 86 % de 8-18 ans sont inscrits sur les réseaux sociaux.

    Avec les trois autres membres de Kappa Development, la société qui soutient le projet Else, il passe « 15 mois à interroger des familles, des enfants jusqu’aux grand-parents, des spécialistes, des psychiatres, des directions d’école, etc… ».

    Temps d’écran, conflits et cyberharcèlement

    En parallèle, ils lisent « des études scientifiques et des livres dans tous les sens », parmi lesquels cette revue de littérature qui constate de plus nombreux problèmes de santé chez les enfants et adolescents les plus longuement exposés aux écrans ; cette étude qui relève une corrélation, mais pas de causalité évidente, entre l’exposition des 9-10 ans aux écrans et de moins bons résultats scolaires ; ou encore ce rapport produit par la société du médiatique consultant Martin Blachier et qui constate une utilisation légèrement supérieure des réseaux sociaux par les filles de 15-24 ans que les garçons, ainsi que des symptômes dépressifs plus élevés chez les premières.

    Auprès de Next, Bertrand de la Tour d’Auvergne cite aussi le pédopsychiatre Boris Cyrulnik, qui

    les écrans avant trois ans, ou l’ouvrage La Fabrique du Crétin Digital, dans lequel le neuroscientifique Michel Desmurget appelle à la prise en compte des effets du numérique sur la santé mentale des plus jeunes, mais dont certaines affirmations sont régulièrement débattues. La maîtresse de conférence en psychologie cognitive Séverine Erhel explique par exemple que le problème n’est pas tant le temps d’écran que l’usage qui en est fait.

    Chez Else et Kappa Development, « on n’a rien contre les écrans, on croit seulement que, comme le reste, ça s’apprend », souligne Bertrand de la Tour d’Auvergne. Il compare l’offre du premier smartphone à celui du premier vélo : « Le jour où vous équipez votre enfant, vous ne le laissez par partir comme ça : il faut lui mettre des roulettes, le tenir par les épaules, et petit à petit le laisser rouler. » Or, ce que les travaux de la jeune pousse montrent, c’est que le plus souvent, la question numérique est source de conflits : « Dans nos études avec des familles, les mères disent que c’est la guerre, que c’est l’enfer. »

    Et de souligner cette autre problématique liée aux usages numériques : un quart des familles interrogées par e-enfance ont été confrontées au moins une fois à du cyber-harcèlement. « Et le problème des enfants, c’est qu’ils ne se confient pas, ni aux parents, ni aux enseignants, ils se renferment et se sentent coupables. C’est un problème un peu similaire à celui des viols, risque même l’entrepreneur : c’est le même type de honte, qui fait que les victimes ne parlent pas. »

    Gestion du temps et contenu éducatif

    Pour répondre à ces multiples défis, Else propose donc une application de gestion simplifiée du temps d’écran de l’enfant – les outils proposés directement par les constructeurs étant, selon Bertrand de la Tour d’Auvergne, « souvent trop compliqués pour que les familles les mettent en œuvre » – selon trois types d’usages : réseaux sociaux, jeux et divertissements.

    La spécificité d’Else se trouve plutôt dans ses contenus éducatifs. Ceux-ci visent aussi bien les mineurs, mettant en rapport leur temps passé devant les écrans avec les quelque 20h de temps libres dont ils disposent chaque semaine, que les parents, pour les aider à créer un espace de discussion apaisé.

    Les contenus de cette « else academy », explique Bertrand de la Tour d’Auvergne, ont été écrits par des pédiatres, des spécialistes de sciences cognitives, des psychanalystes « comme [le psychanalyste, ndlr] Michael Stora », et ont vocation à être « de plus en plus poussés ». Else propose, enfin, un bouton d’appel direct vers le 3018, le numéro pour les victimes de cyberharcèlement et leurs proches, animé par les équipes de l’association e-enfance.

    Des discussions et des pauses pour favoriser la déconnexion

    En pratique, les constructeurs de l’application prévoient qu’enfants et parents s’assoient ensemble pour discuter de leurs usages numériques et se mettre d’accord sur le temps d’écran accordé. « Ce qu’on propose, c’est une solution qualitative plutôt que centrée sur la quantité de temps d’écran : une application qui soit consensuelle, où parents et enfants discutent et établissent des règles ensemble ».

    Quelle que soit la temporalité finalement arrêtée, Else enverra des notifications à l’enfant au fil de son temps d’écran, et proposera une « pause else » de dix minutes toutes les trente minutes – même si, dans nos tests, elle a plutôt semblé se déclencher au bout de vingt. La raison ? « Les études montrent qu’au bout de 2 minutes 39, les enfants passent à autre chose. Que ce soit pour aller faire du piano, du foot, du vélo, aider maman à mettre le couvert… Ils ne reviennent pas. »

    La première version d’Else n’est disponible que sous iOS, « parce qu’il fallait commencer quelque part et que nos études montrent que les possesseurs de produits Apple étaient un peu plus sensibles à ces questions ». Bertrand de la Tour d’Auvergne explique aussi avoir commencé ainsi par le plus difficile, et prévoit un lancement plus simple pour les applications mixtes (un parent ou enfant sous iOS, l’autre sous Android) et Android, qu’il prévoit « à la fin du printemps au plus tard », « selon nos financements » — la société est soutenue par des fonds et des business angels.

    Pour le moment, l’application ne permet pas de fournir une rallonge de temps en cas de négociations ardues. « Ça n’est pas forcément le but », pointe Bertrand de la Tour d’Auvergne, qui place Else en faux de ses concurrents qui « proposent du temps d’écran en guise de récompense. Plutôt que d’obtenir une autorisation de passer plus de temps devant un écran, pourquoi ne pas aller jouer au tennis ou à autre chose ? »

    Futures fonctionnalités et visées internationales

    Bertrand de la Tour d’Auvergne pointe aussi que ces questions de déconnexion ont une dimension sociale : « plus le milieu est défavorisé, plus le problème est intense, car l’écran agit comme une nounou gratuite ». De fait, une étude menée en 2022 sur le temps d’écran des plus petits (2 à 5 ans) de la cohorte Elfe (Étude Longitudinale française depuis l’Enfance) montre de réelles disparités de temps d’écran selon le niveau d’étude de la mère et le nombre de grands-parents d’origine immigrée.

    À 10 euros par mois pour un enfant, 15 pour deux et 18 pour trois, le coût d’accès à Else n’est pas pour autant spécialement réduit. Mais il est, à en croire son président, justifié par les études de marché réalisées par Kappa Development. Actuellement, Else revendique « un gros millier » de souscripteurs, son président se déclarant en phase de « soft launch sur la première version de l’application ». Il en vise 200 000 en un an.

    Outre les adaptations aux autres OS qui lui permettront de toucher un plus grand nombre de personnes, Else travaille à de nouvelles versions de l’application, avec des fonctionnalités plus poussées. « On réfléchit aussi à un programme d’intelligence artificielle qui pourrait réagir en temps réel à des interactions inappropriées de l’enfant sur son appareil, explique ainsi l’entrepreneur. Que ce soit face à un vieux monsieur qui demande une photo, ou si l’enfant lui-même s’apprête à envoyer une énorme insulte, l’application pourrait lui demande si le message est bien opportun. »

    Vu les retours des parents, Else songe aussi à développer, plus tard, du contenu éducatif à destination des adultes. Dans sa roadmap, l’équipe a aussi inscrit un déploiement vers l’international. Dans le viseur, pour commencer : une implantation, en 2025, dans trois villes des États-Unis.

    Source : next.ink

  • Gestionnaire de mot de passe en local

    4
    0 Votes
    4 Messages
    91 Vues

    J’ai pensé à toi donc je l’ai noté @Aerya
    Haha

    D’ailleurs, je vais sûrement l’autohebergé sur mon VPS mais sans Docker histoire de faire une procédure

  • AutoCAD Architecture

    Non résolu
    27
    0 Votes
    27 Messages
    172 Vues

    @michmich a dit dans AutoCAD Architecture :

    Si tu veux pas raquer, ce que je comprends aisément vu les prix pratiqués, pourquoi ne pas passer sur une version crackée, pour peu que tu ne transmettes que les résultats “tirages” du fichier de travail et non ce dernier, qui chargé sur un autre pc équipé d’un Autocad “légal” risque de sonner le tocsin, et encore si ça se trouve ça passe crème.

    Je sais que Dassaut, notamment dans son produit SolidWorks, intègre dans les fichiers de ce derniers des infos concernant le poste sur lequel a tournée le logiciel (nom d’hôte, domaine, IP locale, IP publique, etc) qui sont transmises à Dassault sitôt que le fichier est ouvert sur un poste connecté à internet.

    Je ne crois pas qu’Autodesk fasse pareil, mais méfiance quand même, car l’amende est bien souvent proportionnelle au CA de l’entreprise qui a fraudée.

  • Meilleurs softs 2024

    14
    0 Votes
    14 Messages
    303 Vues

    Hello @Hypnos

    @Hypnos a dit dans Meilleurs softs 2024 :

    Salut à tous,
    pour bien commencer cette nouvelle année je fais un tour des meilleurs softs à avoir en 2024.

    Je me questionne à propos des:

    convertisseurs vidéos (Format factory)

    Hand brake,
    mkv toolnix
    VideoSubFinder
    SubSync
    Xreveal

    antivirus (Avast free)

    Windows defender

    pare-feus (Avast free)

    Portmaster : https://planete-warez.net/topic/3194/windows-linux-apps-portmaster-le-firewall-qui-renforce-votre-vie-privée
    Simplewall: https://planete-warez.net/topic/2128/windows-apps-simplewall-pour-configurer-wfp-windows-filtering-platform

    lecteurs musicaux (Musicbee)

    Aimp3 : https://www.aimp.ru
    Je l’utilise pour tout, lecture et tag

    lecteurs pdf (Abode Acrobat pro)

    Foxit Reader dans sa version enerprise ou particulier

    liseuses ebooks (Calibre)

    Komga

    renamers (Antrenamer)

    Powertoys

    cleaners (Ccleaner)

    Aucun

    programmes de mise à jours

    ninite
    winget + wingetUI : https://planete-warez.net/topic/3296/windows-apps-wingetui-une-interface-graphique-pour-winget
    scoop
    chocolatey

    (Fileupdatechecker de filehippo à l’époque)
    mise à jours de drivers (driver booster 8 à l’époque)

    Aucun

    En parenthèse, j’ai mis ceux que j’utlise.
    Je suis ouvert à toutes autres suggestions.

    J’en utilise pas mal d’autres comme 7zip, nanazip, Bitwise SSH Client, WinSCP ,KeepassXC, Vivaldi, ShareX, Tabby Terminal, fastone, BCuninstaller, keyscrambler, Thunderbird, netsetman, notepad++, pdfcreator, Visual Sutdio code, ProtonVPN, Rainmeter, rufus, Tera Copy, Treesize Free…

    Et tu peux aussi faire une recherche acvancée sur el forum avec le mot Apps comem ceci :

    8befd3ba-13a8-4a5b-8534-1ef7a3bcaee7-image.png

  • Dolby Vision

    Non résolu
    13
    0 Votes
    13 Messages
    210 Vues

    @duJambon super votre guide, ça rend les choses plus claires sur toutes ces technos. merci

  • 1 Votes
    2 Messages
    83 Vues

    merci pour l’article @Violence perso j’attends avec impatience que l’appli soit disponible sur mon synology (j’ai cherché partout mais pour le moment il semblerait que rien n’a été prévu pour les détenteurs de nas).

  • Alternative a Epubor ?

    Résolu
    23
    0 Votes
    23 Messages
    503 Vues

    @p-bone Hello j’ai trouvé la version 3.0.15.1211 pré activé… et j’arrive a shooter les Drm Kindle et convertir en epub

  • 1 Votes
    2 Messages
    46 Vues

    @Raccoon a dit dans Mode Incognito de Chrome : Google modifie son descriptif en marge d’un recours collectif :

    les plaignants affirment que l’historique est envoyé à Google

    franchement, je m’en fiche pas mal de savoir que google est au courant de mes activités sur le net, qu’est-ce qu’ils en ont à faire de savoir sur quels sites porno je vais :mouhaha:

  • 1 Votes
    16 Messages
    329 Vues

    @Violence Même pas, la qualité du stream en fichier est bien meilleure que celle que l’on reçoit ici après deux compressions 🙂 En plus de ça, les épisodes en ligne étaient en avance par rapport à la diffusion (tf1 preview, je crois ou un truc comme ça, je ne suis pas fan de TF1).

  • 4 Votes
    14 Messages
    257 Vues

    @RussianFighter pareil j’utilise un compte Spotify gratuit et l’appli récupère tes playlists perso et les listes de diffusion des “radios” à thème.

  • 6 Votes
    5 Messages
    142 Vues

    J’ai encore des yeux de Lynx dont je mets ça de côté.
    Très bonne initiative par contre :clin_oeil_couettes: